Je reviendrai enrichir cette section quand j'aurai du temps, mais les concepts les plus importants sont la "retrieval practice" ainsi que la "répétition espacée", les deux méthodes d'étude dont la validité est la plus clairement démontrée par les multiples études sur le sujet. Je vais expliquer brièvement en quoi consistent ces deux concepts, puis je vais vous supplier d'utiliser un extraordinaire logiciel gratuit qui se nomme Anki.

"Retrieval practice"

C'est facile de relire ses notes dix fois en ayant l'impression de bien saisir la matière, mais cette impression n'est souvent qu'une illusion. Le fait qu'une information vous semble familière ne signifie pas que vous allez être en mesure de la reproduire plus tard quand ce sera nécessaire. La "retrieval practice" est une forme de révision beaucoup plus exigeante, mais aussi beaucoup plus efficace. On ferme ses livres et on vérifie si l'on peut reproduire l'information en ses propres mots. L'utilité de ce type d'auto-examen est loin de se limiter à l'identification de ses faiblesses. Même pour ce que vous connaissez déjà, l'acte de devoir chercher l'information dans sa tête et de devoir la formuler verbalement ou à l'écrit (vous pouvez aussi simplement le dire dans votre tête, mais sachez que cela diminue légèrement l'efficacité de l'exercice) a pour effet de fortement renforcer les corrections neuronales liées à ce souvenir. Et pour les informations que vous découvrez que vous êtes pour l'instant incapables de les reproduire, non seulement vous venez de vous rendre service en identifiant cette lacune à combler, mais vous venez aussi de fortement augmenter les probabilités que votre prochaine révision soit la bonne. Quelle est la capitale du Botswana? Vous n'en avez peut-être aucune idée, mais en vous posant la question, j'ai considérablement augmenté les chances que vous reteniez la réponse. Si je vous avais simplement dit "Gaborone est la capitale du Botswana", vous auriez oublié cette information en quelques minutes à peine. En se mettant à l'épreuve, on conditionne notre cerveau à porter attention et à traiter l'information comme si notre vie en dépendait.

"Active recall is everything. When it comes to learning any type of material, in my opinion, the only activity that really matters is trying to replicate the information, from scratch, without looking at your notes, as if you were lecturing a class. If you can do that, you know it. If you can't do that, you don't know it. It's brutal, it's intense, it's also incredibly efficient. It's the most efficient possible way to learn. (...) Active recall is the only game in town. Any other activity throw it out of your study skills arsenal." (Cal Newport en entrevue.)

L'auto-examen est utile pour les concepts simples comme la capitale du Botswana, mais il l'est aussi pour les sujets complexes comme l'histoire et les sciences. Si vous en avez la chance, trouvez un coin tranquille et expliquez la matière à voix haute. C'est bien inconfortable comme exercice, mais c'est tellement efficace que si vous réussissez à bien expliquer un sujet une fois avec succès, vous n'aurez probablement même plus besoin de révisez le sujet en question dans le futur. Cette méthode est apparentée à ce qu'on appelle la "Richard Feynman technique", du nom du célèbre physicien. Voir ce vidéo et cet autre vidéo pour savoir en quoi cela consiste. C'est bien exigeant et parfois un peu embarrassant comme processus (impossible alors de masquer notre incompétence), mais cela en vaut la peine. 

La répétition espacée.

Même si vous devenez un expert dans l'utilisation de l'art de la mémoire, il va tout de même vous falloir réviser l'information de temps à autre. Mais devriez-vous réviser une fois de temps en temps, un peu tous les jours, intensivement pendant une semaine? Il s'agit d'un sujet qui a été amplement étudié et la méthode qui est de loin la plus efficace se nomme la répétition espacée. On révise l'information plusieurs fois initialement, idéalement au moins une ou deux fois le jour même,  puis une fois le lendemain et une fois le surlendemain, mais les révisions subséquentes deviennent de plus en plus espacées: trois jours plus tard, une semaine plus tard, trois semaines plus tard, un mois et demi plus tard et ainsi de suite. L'idéal, c'est de réviser au moment où vous êtes sur le point d'oublier quelque chose, mais que vous êtes tout de même capable de retrouver l'information en faisant un effort. Encore une fois l'effort de "retrieval practice" que vous devez fournir renforce les connexions neuronales beaucoup plus efficacement que des révisions mécaniques et trop faciles. Non seulement cela permet de minimiser la quantité de révision nécessaire (nul besoin de tout réviser à chaque jour), mais une série de révisions légèrement difficiles font en sorte que l'information devient progressivement de plus en plus difficile à oublier. Une fois qu'une information a été bien mémorisée et révisée sur une période suffisamment longue, c'est à vous de voir à quelle fréquence vous souhaitez la revisiter. Cela dépend en partie de le nature de l'information en question et du niveau d'aisance que vous souhaitez être en mesure de démontrer. Si vous souhaitez simplement être plus souvent qu'autrement capable de retrouver l'information après quelques secondes de réflexion, les révisions peuvent être extrêmement peu fréquentes, une fois tous les 6 mois ou même une fois par année par exemple. Si vous souhaitez pouvoir à tout coup donner la bonne réponse en seulement une fraction de seconde, il va alors falloir réviser un peu plus fréquemment. Si l'information vous est utile de temps à autre, des mots de vocabulaire d'une langue que vous avez apprise ou des faits concernant votre domaine d'étude, cette utilisation que vous faites de l'information risque d'être une forme de révision particulièrement efficace. Si au contraire vous avez mémorisé des séries d'informations "inutiles" entre guillemets, celles-ci sont plus susceptibles d'être oubliées lorsque vous cessez de les réviser. Par exemple, j'ai appris les 2000 premières décimales de pi il y a maintenant un peu plus d'un an. Comme je n'ai bien entendu jamais besoin de m'y référer dans la vie de tous les jours, je ne peux pas m'attendre à pouvoir indéfiniment toutes les retenir si je ne les révise jamais. Je vais donc les réviser une fois tous les deux ou trois mois à l'aide de ce site: http://www.eveandersson.com/pi/pitrainer/ Chaque révision est plus facile et rapide que la précédente. Je pourrais probablement les réviser moins fréquemment, mais j'aime être bien certain que je ne les ai pas oubliées. Et oui je sais que mes passe-temps sont bien étranges! Typiquement je vais tout de même faire quelques erreurs ici et là, mais le lendemain je vais à nouveau pouvoir obtenir 100% de bonnes réponses. Si jamais j'ai négligé de les réviser durant plus de trois mois, je vais d'abord les relire rapidement en voyant les images correspondantes dans ma tête, puis je vais me mettre à l'épreuve à l'aide du même site. 

Votre nouveau meilleur ami s'appelle Anki.

Anki est un logiciel gratuit qui combine la répétition espacée avec certains éléments de "retrieval practice". Ne vous laissez pas intimider par l'apparente complexité du logiciel. Vous pouvez reconfigurer le tout d'une tonne de façons, mais à la base vous n'avez qu'à écrire quelque chose d'un côté d'une "flashcard" virtuelle et l'information correspondante de l'autre côté. Quelle est la capitale du Brésil? Pas besoin de taper la réponse, vous n'avez qu'à indiquer au logiciel si l'acte de se remémorer cette réponse était plus ou moins facile ou difficile. Selon vos réponses, l’algorithme d'Anki calcule dans exactement combien de temps il faudrait vous reposer la question pour s'assurer que vous êtes toujours capable de réponse. Naturellement, si à chaque fois vous vous souvenez facilement que cette capitale est Brasilia, Anki cessera de vous poser la question pour une période de plus en plus longue. La répétition espacée permet de minimiser autant que possible le nombre de révisions nécessaires tout en maximisant l'impact de chacune d'entre elles. Vous pourriez bien sûr tout réviser à tous les jours ou à toutes les semaines, mais la grande majorité de ces révisions seraient presque complètement inutiles. D'un autre côté, il faut éviter d'attendre trop longtemps et de devoir tout réapprendre. L'idéal est de réviser au moment où vous êtes encore en mesure de reproduire l'information, mais qu'il vous faut tout de même faire un petit effort avant de répondre. Rappelez-vous que ce sont ces deux ou trois secondes d'effort qui vont peu à peu vous permettre de progressivement rendre cette information impossible à oublier. L'algorithme d'Anki est conçu pour qu'avec un minimum de révisions, l'utilisateur moyen puisse obtenir environ 90% de bonnes réponses. Si vous visez 100% de réponses correctes, vous allez devoir aller dans les options et augmenter quelque peu la fréquence des révisions. L'intervalle idéal va varier selon la nature de l'information à retenir.

Vous pouvez utiliser Anki pour apprendre du vocabulaire de langues étrangères, la carte du monde, vos notes de cours, les noms des gens que vous rencontrez ou un peu n'importe quoi. Vous pouvez si vous le souhaitez y rédiger directement les parties importantes de vos notes de cours. Une flashcard pourrait par exemple avoir le mot "électromagnétisme" d'un côté avec les 3 ou 4 éléments d'information que vous avez de la difficulté à retenir sur le sujet de l'autre. Vous pouvez aussi utiliser les flashcards produites par d'autres utilisateurs, mais vous perdez alors une bonne partie de l'aspect formatif du processus.

Je vous encourage bien sûr à souvent utiliser toutes sortes de mnémoniques, mais même si vous ne faites rien de tout ça, si vous entrez l'information dans Anki et que vous faites régulièrement les révisions demandées (maintenir la constance est la partie la plus difficile, alors tentez d'en faire une habitude, tous les matins idéalement si vous en avez beaucoup à retenir), vous êtes presque garanti de pouvoir retenir ce que vous avez étudié. N'est-ce pas merveilleux?

Voici une vidéo de 5 minutes expliquant les bases du logiciel ainsi que quelques fonctions optionnelles pratiques (comme copier-coller du texte et en sélectionner certaines parties pour créer des phrases trouées ou ajouter une image ou un graphique et rendre flou une section particulière pour en faire une question): https://www.youtube.com/watch?v=7K2StK7e3ww

Voici un autre vidéo expliquant comment créer des flashcards particulièrement mémorables. Je ne fais pas, personnellement, tout de ce qui est recommandé ici, mais cela ne veut pas dire que ce ne sont pas des bons conseils: https://www.youtube.com/watch?v=mzCEJVtED0U

L’algorithme d’Anki est conçu pour que, pour des informations de difficulté moyenne, vous obteniez environ 90% de bonnes réponses*. Pour être certain de tout connaître à un moment précis, il faut augmenter la fréquence des révisions. Pour ce faire, vous pouvez ouvrir un paquet et cliquer sur “options” ou “révisions particulières” en bas de l’écran. Pour réviser la totalité d’un paquet particulier, vous pouvez également aller en haut de l’écran dans “Outils” et cliquer sur “créer un paquet filtré”. Pour plusieurs informations que je souhaite pouvoir reproduire toute ma vie en toute circonstance, j’aime bien avoir 99% de bonnes réponses plutôt que 90%. J’aime bien également pouvoir répondre en une seconde plutôt qu’en cinq. J’ai donc fixée à deux mois la fréquence maximale des révisions. Même ce que je connais déjà très bien sera donc révisé brièvement au moins une fois tous les deux mois. Rien ne m’empêche également d’effectuer une rapide révision supplémentaire la veille d'une occasion importante. Il est tentant de réviser d’abord ce que l’on connait déjà plutôt bien. Chaque bonne réponse nous donne une petite dose dopamine et un petit sentiment de satisfaction. Mais bien sûr, il est préférable de concentrer en premier lieu notre attention et notre énergie vers les parties qui nous cause davantage problème.

Pour utiliser Anki en combinaison avec des palais de mémoire, on procède encore de la même façon en divisant les informations retenues en une série de flashcards se référant chacune à un maximum de 5 éléments d'information. Comme les flashcards en question ne vous seront pas toujours présentées dans le même ordre, vous devrez apprendre à naviguer rapidement d'un endroit à l'autre du palais de mémoire, ce qui va contribuer en en solidifier le souvenir.

Même si vous décidiez (à tort) d'éviter d'utiliser des mnémoniques et des palais de mémoire, vous devriez tout de même développer l'habitude de vous tester régulièrement en suivant les principes de la répétition espacée. Répétition espacée + retrieval practice = pouvoir mémoriser d'énormes quantités d'informations. Bien sûr, le plus difficile est de développer la discipline nécessaire pour faire les révisions nécessaires, mais cela en vaut définitivement la peine si la mémorisation à long terme est importante pour vous. Comme pour l'exercice et la méditation et d'autres habitudes de vie, les premières semaines sont les plus difficiles. À partir du moment où l’on parvient à faire d’un comportement positif une nouvelle habitude de vie, cela cesse d'être difficile. Celle-ci devient un automatisme qui va de soi, un peu comme se brosser les dents. J'utilise l'application "Morning Routine" pour Android et je l'ai programmé pour qu'elle ouvre Anki sur mon cellulaire en même temps que sonne mon alarme. Je peux ainsi continuer de relaxer dans mon lit pendant quinze ou vingt minutes tout en faisant mes révisions de la journée : )

Concepts clés:

 

Note importante: ne tentez pas de tout mémoriser. Assurez-vous d'abord de bien comprendre le sujet que vous souhaitez maîtriser et gardez la mémorisation surtout pour les petits faits et les données qui n'ont pas de logique évidente.